Août 082018
 

L’attaque à la découverte est une attaque réalisée non pas par la pièce qui bouge mais par une pièce à longue portée (Tour, Fou ou Dame) située derrière celle-ci.  Lorsque cette attaque est effectuée sur le Roi, on parle d’échec à la découverte.

L’attaque à la découverte fait partie des combinaisons tactiques de base à connaître absolument pour mieux jouer aux échecs.

Lire la suite »

Juil 212018
 

Tintin et le jeu d'échecsUne partie d’échecs dure en moyenne 30 ou 40 coups. La plus longue partie d’échecs jamais jouée dans un tournoi officiel a été la partie Nikolic – Arsovic, jouée à Belgrade en 1989, qui dura 269 coups (vous pouvez télécharger cette partie dans notre article intitulé les records aux échecs).

Mais existe-t-il une limite à la longueur d’une partie d’échecs ? Et si oui, quelle est cette limite ? C’est ce que nous allons essayer de calculer dans cet article.

Lire la suite »

Juil 192018
 

La Fédération Internationale Des Échecs (FIDE) a été fondée à Paris le 20 juillet 1924. En souvenir de cette date, le 20 juillet est, depuis 1966, la journée internationale du jeu d’échecs.

Si vous savez déjà jouer au échecs, pourquoi ne pas faire une partie en ligne avec un ami ?

Un échiquier personnaliséSi vous voulez découvrir ce jeu millénaire joué sur toute la planète, voici quelques conseils:

A bientôt sur Apprendre-les-Echecs !

 

Juil 152018
 

L’interférence (ou obstruction) est un motif tactique dans lequel une pièce est mise en prise de façon à ce que, quelle que soit la façon adverse de prendre cette pièce, la pièce qui reprendra permettra une combinaison grâce à son interférence sur l’action d’une autre de ses propres pièces.

Si l’explication ci-dessus n’est pas claire, voici un exemple simple, tiré de la partie jouée entre Levon Aronian et Viswanathan Anand à Wijk aan Zee en 2013:

Voici un deuxième exemple simple, tiré de la partie Karl Gilg – Aron Nimzowitsch, Karlsbad 1929

L’exemple suivant, tiré de la partie David Janovski – Emil Schallopp, Nuremberg 1896, est similaire, car les Noirs n’ont qu’une façon pratique de prendre la pièce offerte:

Lorsque plusieurs prises sont plausibles, mais que toutes permettent une combinaison adverse, ce motif devient plus intéressant et est alors parfois appelé motif de Novotny, du nom d’un compositeur d’échecs tchèque du 19e siècle, Antonín Novotný.

C’est le cas dans l’exemple suivant, tiré de la partie Olga Rubtsova – Valentina Belova, URSS 1945:

Dans l’exemple suivant, tiré de la partie jouée entre Anthony Miles et Craig Pritchett lors de l’open Lloyds Bank Masters 1982, les Blancs ont trois façons de prendre la pièce offerte par les Noirs, mais toutes perdent:

L’exemple suivant (Reinhart Fuchs – Viktor Korchnoi, Yerevan 1965) est similaire: le Fou des noirs est en prise trois fois:

La position suivante est tirée de la partie Erich Eliskases – Franz Hoelzl, Innsbruck 1929. Ici, la pièce offerte par les Blancs va être en prise 4 fois:

Terminons par une position tirée de la partie Sergey Karjakin – Evgeny Alekseev, Coupe du Monde 2007.

Si les Blancs pouvaient mettre leur Dame en f6 sans que les Noirs puissent prendre avec leur Dame le pion en e5, le mat en g7 serait imparable. Karjakin trouve une façon astucieuse de forcer cette situation:

Pour aller plus loin

Télécharger ce cours au format PDF: L'interférence

Si vous avez trouvé ce thème difficile, lisez ou relisez les cours suivants: