Juil 152016
 

Tu ne peux pas jouer un coup que tu ne vois pas

Ce cours fait partie d’une série de huit cours pour mieux réfléchir et progresser aux échecs.
Coups candidats aux échecs
Dans une position donnée, il existe en général beaucoup de coups légaux pour le camp qui a le trait. Et pourtant, l’une des erreurs les plus fréquentes des débutants (en particulier des enfants) est de jouer le premier coup qui vient à l’esprit, en particulier en réponse à une menace.

Nous avons vu dans le cours précédent, Comment parer les menaces ?, qu’il faut toujours regarder toutes les parades possibles lorsqu’on est attaqué (en utilisant PIF ou PIFPIC). L’ensemble des parades possibles constitue les coups candidats, parmi lesquels il faudra ensuite choisir un coup à jouer.

La situation se complique un peu lorsqu’il s’agit de choisir un coup alors qu’il n’y a pas de menace: dans ce cours, nous allons voir 5 idées assez générales pour nous aider à choisir un coup.

Mais avant de commencer, il faut se rappeler de la règle essentielle suivante: il faut toujours réfléchir à plusieurs coups candidats (et les comparer) avant de jouer. Si tu ne veux pas rater un bon coup, il faut commencer par le mettre sur ta liste de coups candidats: tu ne peux pas jouer un coup que tu ne vois pas !

Dans le diagramme précédent, les Noirs viennent de jouer 13…e5. Le pion ne peut pas être pris à cause du clouage sur la Dame. Les coups candidats sont 14.O-O, 14.Td1 (améliore la position de la Tour tout en protégeant la Dame, et donc attaque le pion e5), 14.Dc4 (décloue le pion e4 et attaque les pions b3 et e5).
Idée numéro 1: Un coup qui fait plusieurs choses à la fois est souvent un bon coup.

Dans le second exemple, ci-dessus, les Blancs ont un pion de plus. En jouant 22.Cg5 ils forcent l’échange d’une pièce (le Fou en e4 contre leur Cavalier), et se rapprochent d’une finale avantageuse. Cet échange permet de plus de se débarrasser d’un défenseur du pion faible en c6.
Idée numéro 2: Lorsqu’on a du matériel d’avance, il faut échanger les pièces mais pas les pions. Attention toutefois à échanger dans de bonne conditions, sans se créer de faiblesses.

Dans le troisième exemple, les Noirs viennent de jouer 8…Ff5. Ce coup développe une pièce mais a l’inconvénient de ne plus défendre le pion b7. Les Blancs peuvent en profiter pour jouer 9.Db3 qui attaque les pions d5 et b7.
Idée numéro 3: Tous les coups ont des avantages et des inconvénients. Il faut choisir des coups avec le minimum d’inconvénients et savoir repérer et profiter des inconvénients des coups de l’adversaire.

Dans le quatrième exemple, les Noirs viennent de jouer 20…bxc4. Les Blancs ont deux façons de reprendre, 21.bxc4 et 21.Cxc4. Le premier coup a le gros désavantage de détériorer la structure des pions blancs, alors que reprendre avec le Cavalier améliore l’activité de cette pièce, qui menace le pion d6 et d’une fourchette en b6.
Idée numéro 4: L’activité des pièces et la structure des pions sont les deux principaux (peut-être même les deux seuls) éléments de la stratégie aux échecs. Essayer de jouer des coups qui augmentent l’activité de ses pièces (faire jouer la pièce qui joue le moins, mettre sa Tour sur une colonne ouverte, attaquer une faiblesse adverse…) ou limitent celle de son adversaire (bloquer le centre pour gêner ses Fous…). Chercher des coups pour améliorer sa structure de pions (échanger un pion isolé…) ou qui détériore celle de son adversaire (créer des pions doublés, bloquer un pion arriéré…).

Un autre exemple est donné dans le diagramme précédent: les Noirs ont l’avantage matériel, et presque toutes leurs pièces sont bien placées. Celle qui joue le moins est le Cavalier, dont on peut améliorer la position en jouant 28…Cc6.

Enfin, dans ce dernier exemple, les Noirs ont une grosse faiblesse: le pion arriéré sur la colonne c. 24.Tc1 attaque ce pion arriéré tout en augmentant l’activité de la Tour.
Idée numéro 5: Il faut attaquer les faiblesses dans le camp ennemi et penser aux coups agressifs pour ne pas rater une opportunité tactique.

En résumé

A chaque coup, tu dois faire mentalement une liste de coups candidats: les coups qui font plusieurs choses à la fois, les échanges de pièces si tu as du matériel en plus, les coups qui profitent des inconvénients du coup de ton adversaire, les coups qui augmentent l’activité de tes pièces, améliorent ta structure de pions ou qui attaquent les faiblesses dans le camp ennemi.
Souviens-toi que:

  • Il ne faut pas jouer le premier coup auquel tu penses, mais réfléchir à plusieurs coups.
  • Tu ne peux pas jouer un coup que tu ne vois pas.

Télécharger ce cours au format pdf:

Cours 5: quels sont les coups candidats ?

Ce cours est tiré des conseils donnés dans notre livre Le cours d’échecs de Marie

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux en cliquant sur les boutons ci-dessous 🙂

Vous aimez cet article ? Partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous:
Opt In Image
Vous avez aimé cet article ?
Pour ne pas rater les nouveautés de ce site et vous donner une chance de progresser plus rapidement aux échecs, entrez simplement votre prénom et votre adresse mail dans le formulaire ci-dessous.

Vous recevrez gratuitement en cadeau, sous forme de fichier pdf à télécharger, notre guide Échec et mat, 64 mats élémentaires pour les enfants et les adultes débutants.

Comme vous, je déteste les spams. Votre adresse mail ne sera utilisée que pour les informations de ce site (au maximum une à deux fois par semaine), et vous pourrez vous désinscrire à tout moment.

 Commenter

(obligatoire)

(obligatoire)