Mar 142017
 

Ce proverbe est l’un des proverbes qui illustrent Le cours d’échecs de Marie.

Il signifie qu’il ne faut jamais supposer que l’adversaire va reprendre lorsqu’on lui prend une pièce ou un pion.

Cette situation est illustrée aujourd’hui par la position suivante tirée de la partie jouée entre Viswanathan Anand et Garry Kasparov à Genève en 1996:

Avec deux pions de plus, les Noirs ont nettement l’avantage. Leur coup 33…Dxe3 est une gaffe: les Blancs ne sont pas obligés d’échanger les Dames, mais gagnent du matériel en jouant 34.Dxg4, qui attaque la Tour en c8 (encore un exemple du problème des pièces non-protégées) et la Dame (encore un exemple d’attaque à la découverte).

Le conseil du jour: Lorsque votre adversaire vous prend une pièce, vérifiez s’il n’y a pas un coup meilleur que de reprendre.

Vous aimez cet article ? Partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous:
Ne ratez plus aucun conseil !
Pour ne pas rater nos conseils et vous donner une chance de progresser plus rapidement aux échecs, entrez simplement votre prénom et votre adresse mail dans le formulaire ci-dessous.

Vous recevrez gratuitement en cadeau, sous forme de fichier pdf à télécharger, notre guide Échec et mat, 64 mats élémentaires pour les enfants et les adultes débutants.

Comme vous, je déteste les spams. Votre adresse mail ne sera utilisée que pour les informations de ce site (au maximum une à deux fois par semaine), et vous pourrez vous désinscrire à tout moment.

 Commenter

(obligatoire)

(obligatoire)