Juil 192016
 

Les échecs ne sont pas les dames

Tintin joue aux échecsLes erreurs de calcul dans les variantes sont l’une des principales causes de défaite aux échecs, même jusqu’à un niveau élevé. Ce cours donne des conseils pour bien calculer les variantes et éviter les erreurs les plus fréquentes. Il fait partie d’une série de huit cours pour mieux réfléchir et progresser aux échecs.

Une fois dressée une liste de coups candidats, tu dois, avant d’en choisir un, calculer les conséquences de chacun des coups, en imaginant les réponses possibles de l’adversaire et, éventuellement, ta réponse à la réponse de l’adversaire, etc. On appelle ceci calculer des variantes. Voici un exemple:

Ce diagramme est un exemple de calcul d’une suite forcée: un coup candidat est 1…Td1+ (il faut toujours vérifier tous les échecs). La seule façon de parer l’échec (utiliser PIF) est 2.Ce1, après quoi le nouvel échec 2…Txe1+ ne peut plus être paré: c’est mat.

Dans le calcul des variantes, il faut toujours penser que l’adversaire va jouer le meilleur coup, et ne pas espérer (consciemment ou inconsciemment) qu’il va jouer le coup qui t’arrange. Ainsi, si on rajoute dans la position précédente un Fou en b3 (voir le diagramme suivant), le coup 1…Td1+ ne marche plus car la bonne réponse de l’adversaire est 2.Fxd1. Il ne faut jamais espérer que ton adversaire fera une erreur ou tombera dans un piège. Et si tu joues un coup qui crée un piège, il faut que ce coup soit bon même si l’adversaire ne tombe pas dans le piège.

Le diagramme suivant illustre la difficulté de savoir jusqu’où calculer: trait aux Noirs, peuvent-ils gagner un pion en d4 ? Il semble que oui: 1…cxd4 2.cxd4 Cxd4 3.Cxd4 Dxd4, et les Noirs ont un pion de plus. Mais à la fin de la variante, les Blancs ont le coup 4.Fb5+ et la Dame noire est perdue. Il faut faire très attention aux possibilités tactiques à la fin d’une variante.

Une autre erreur courante est de penser, dans le calcul des variantes, que la reprise est forcée. Dans le diagramme suivant, les Noirs peuvent-ils jouer 1…Fxf3 ? Probablement pas, car les Blancs ne sont pas forcés de reprendre en f3, mais peuvent jouer 2.Dxg6+ Rh8 3.Dh6+ Rg8 et les Blancs ont des chances de mater après 4.Tc5

Il faut se rappeler que les échecs ne sont pas les Dames. Lorsqu’on prend une pièce ou un pion, il ne faut pas penser que l’adversaire va obligatoirement reprendre, mais se demander s’il n’a pas un meilleur coup.

Calculer correctement est également très important en finale. Dans le diagramme ci-dessous, les Blancs annulent en jouant 1.Rf6 et en allant prendre le pion noir en h5. Jouer 1.Rf7, qui semble plus agressif, perd après 1…Re4 2.f6 Rf5 3.Rg7 Cd7 4.f7 Rg4

Dans le diagramme suivant, il s’agit de calculer les conséquences de 1…dxc4 et 1…dxe4. Cet exemple complexe illustre le fait qu’il faut considérer des coups non forcés et qu’il faut faire attention à l’ordre des coups.

  • 1…dxc4 2.Fxc4 (non forcé, le Fou peut venir en c2) et maintenant les Noirs peuvent essayer de prendre en e4 ou échanger d’abord les Dames, ou enlever leur Dame de la colonne d, ce qui attaque la Dame blanche en d1 (coup intermédiaire). Remarquer aussi qu’à la fin de la variante 2…Dxd1 3.Tcxd1 Txd1 4.Txd1 Cxe4 5.Cxe4 Fxe4 6.Cxe5 (récupère le pion et attaque f7) et là 6…Fg6 7.Fxa6 ou 6…Tf8 7.Cxf7 sont désagréables pour les Noirs.
  • 1…dxe4  il faut envisager les deux reprises avec le Cavalier ou le Fou, mais qui reviennent au même après par exemple 2.Cxe4 Cxe4 3.Fxe4 et maintenant les Noirs peuvent échanger Dame et Tour en d1 (3…Fxe4 4.Dxd6 suivi de 5.Txe4 ne marche pas) avant de prendre la pièce qui se trouve en e4.

Pour finir, , voyons un exemple où il ne faut pas calculer:

Les Noirs viennent de jouer 23…Cf4-e2+. La position est complexe (beaucoup de pièces en prise), mais le seul coup légal des Blancs est 24.Rh1. Il est inutile dans ce cas de calculer les suites possibles: autant jouer tout de suite, voir la réponse de l’adversaire, et calculer seulement ensuite !

En résumé

Il faut apprendre à calculer calmement et précisément les conséquences du coup que tu souhaites jouer. Souviens-toi que:

  • Il ne faut pas jamais espérer que ton adversaire fera une erreur ou tombera dans un piège
  • Les échecs ne sont pas les dames: lorsqu’une pièce est prise, il peut y avoir un coup meilleur que de reprendre
  • Il est très important de prendre son temps pour bien calculer en finale

Pour aller plus loin et progresser aux échecs:

Si vous avez aimé ce cours et souhaitez progresser aux échecs, nous vous proposons:

  1. de télécharger sa version pdf: Cours 6: comment calculer les variantes ?
  2. d’étudier les autres cours de cette série, que vous trouverez ici.
  3. d’acheter notre livre, qui en plus des 8 cours de cette série contient de nombreux exercices:  Le cours d’échecs de Marie

Envoyer
Vous aimez cet article ? Partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous:
Opt In Image
Vous avez aimé cet article ?
Pour ne pas rater les nouveautés de ce site et vous donner une chance de progresser plus rapidement aux échecs, entrez simplement votre prénom et votre adresse mail dans le formulaire ci-dessous.

Vous recevrez gratuitement en cadeau, sous forme de fichier pdf à télécharger, notre guide Échec et mat, 64 mats élémentaires pour les enfants et les adultes débutants.

Comme vous, je déteste les spams. Votre adresse mail ne sera utilisée que pour les informations de ce site (au maximum une à deux fois par semaine), et vous pourrez vous désinscrire à tout moment.

  4 commentaires to “Cours 6: comment calculer les variantes ?”

  1. Les diagrammes manquent
    Merci de les joindre
    Philippe

    • Bonjour Philippe,

      c’est étrange car je vois parfaitement les diagrammes. Pourriez-vous me dire sur quel type d’appareil vous lisez cet article (PC, tablette, téléphone), avec quel navigateur… Avez-vous ce problème sur tous les articles ? Uniquement sur certains d’entre eux ?

  2. Débutant malgré mon âge je suis captivé par votre site

 Commenter

(obligatoire)

(obligatoire)