Avr 052017
 

Nous connaissons tous ça : on apprend aux enfants à jouer, on leur apprend à mater, on leur enseigne les combinaisons tactiques de base, on leur fait faire des tas d’exercices, ils connaissent leurs ouvertures par cœur…

… et le jour du tournoi super-important, patatras, ils perdent leurs parties en faisant de grosses gaffes et en n’ayant utilisé que 15 minutes à la pendule.

Alors, comment faire pour qu’ils jouent moins vite ? La solution est dans cet article.

Mais pourquoi diable les enfants jouent-ils si vite ?

Apprendre à gérer le temps aux échecsJe ne suis pas psychologue donc je ne peux donner que mon opinion sur les raisons pour lesquelles les enfants jouent trop vite.

Jusqu’à un certain âge, les enfants n’ont pas de raisons, et donc pas l’habitude, de réfléchir aux conséquences de leurs choix ou de leurs actes. Leurs parents veillent sur eux. Ils n’ont aucun sentiment de responsabilité. Aux échecs, ils sont au contraire seuls responsables du choix des coups qu’ils jouent et de leurs conséquences.

Nous avons aussi tous, et en particulier les enfants, tendance à réagir instinctivement aux agressions extérieures. C’est très utile lorsque l’agression nous met physiquement en danger mais souvent néfaste lorsque le danger n’est pas réel. Qui n’a pas un jour répondu trop rapidement à un mail agressif, et regretté sa réponse ensuite ?

Aux échecs, notre adversaire nous agresse (hé oui, il veut gagner lui aussi), mais nous devons apprendre à réfléchir avant de répondre à cette agression.

Les enfants, enfin, vivent dans un monde où tout va vite, trop vite. Beaucoup sont surexcités, très peu ont le temps de faire des activités calmes. Il n’est alors pas étonnant qu’ils adorent jouer au blitz, qui correspond mieux à leurs habitude qu’une partie où il faut rester assis pendant deux heures.

Alors, comment faire pour qu’ils jouent moins vite ?

Je vous le dis tout de suite : leur dire après chaque défaite « tu as joué trop vite, tu dois réfléchir plus », ça ne marche pas !

Au mieux, votre enfant fera semblant de réfléchir plus pour vous faire plaisir, et il perdra en 20 minutes au lieu de 15.

Votre enfant ne peut pas réfléchir plus s’il ne sait pas à quoi réfléchir.

Il vous faut donc une méthode pour :

  • Lui apprendre à quoi réfléchir
  • L’entrainer à utiliser cette méthode

La méthode de réflexion que je vous propose d’enseigner à votre enfant est une méthode en 8 points :

  • Vérifier tous les échecs
  • Trouver les éléments tactiques telles que les pièces en prise, les pièces non-protégées, les possibilités de fourchette ou d’enfilade…
  • Regarder si le coup de l’adversaire crée une menace
  • Si oui, regarder toutes les façons de parer la (ou les) menace(s)
  • Si non, trouver des coups candidats
  • Calculer les conséquences des coups candidats pour faire un choix
  • Vérifier si le coup choisi est bon
  • Réfléchir à un meilleur coup

Le cours d'échecs de MarieCes 8 points sont détaillés dans nos cours de la catégorie progresser, et dans notre livre Le cours d’échecs de Marie.

Ils sont accompagnés de proverbes qui aident les enfants à se souvenir des étapes de la réflexion et sont autant de signaux d’alerte avant de jouer.

L’un des proverbes, par exemple, est Ce n’est pas parce que ton adversaire recule qu’il ne menace rien. En mémorisant ce proverbe, votre enfant apprendra à se méfier lorsque son adversaire recule une pièce et à ne pas supposer que ce coup est inoffensif.

Pour enseigner cette méthode de réflexion, je vous propose de procéder de la façon suivante.

Prendre les huit points dans l’ordre, en commençant par « Il faut vérifier tous les échecs ».

Montrer à l’enfant des positions et lui demander, dans le cas de ce premier point, de faire la liste de tous les échecs pour les Blancs et pour les Noirs. Il n’y a pas de limite de temps dans cet exercice. Il faut faire réellement la liste de tous les échecs possibles, sans porter de jugement sur la valeur du coup (un sacrifice de Dame est valable tant qu’il fait échec).

Les positions peuvent être présentée sur un ordinateur, un échiquier ou un échiquier mural s’il s’agit d’un cours collectif.

Les positions peuvent être prises au hasard dans n’importe quelles parties, mais je conseille d’éviter les parties jouées par l’enfant lui-même : il a souvent une opinion très forte sur les coups qu’il a joué et n’aura pas un regard objectif sur sa partie.

Le cours d’échecs de Marie contient de nombreux exemples pour chacun des huit points de la méthode de réflexion. Vous pouvez aussi télécharger gratuitement des exercices sur notre page Les articles, cours et exercices au format PDF.

Les bénéfices de cette méthode pour votre enfant

Cette méthode va permettre à votre enfant de savoir enfin à quoi réfléchir durant une partie. Il prendra ainsi naturellement plus de temps pour jouer, et commettra moins d’erreurs.

Faire moins d’erreurs « simples » lui donnera une occasion de progresser dans d’autres domaines du jeu, comme la stratégie ou les finales.

Plus généralement, prendre plus de temps pour réfléchir aux échecs enseignera à votre enfant à se concentrer et comme, nous l’avons vu plus haut, il apprendra que dans la vie on ne doit pas toujours réagir instinctivement mais qu’il faut souvent réfléchir avant de répondre.

Cet article a été publié dans le cadre d’un carnaval d’articles du blog 365-jeux-en-famille.com sur la question : « Lenteur rime-t-elle avec bonheur ? ». Et si aux échecs aussi lenteur rimait avec bonheur ?

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Vous aimez cet article ? Partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous:
Vous avez aimé cet article ?
Pour ne pas rater les nouveautés de ce site et vous donner une chance de progresser plus rapidement aux échecs, entrez simplement votre prénom et votre adresse mail dans le formulaire ci-dessous.

Vous recevrez gratuitement en cadeau, sous forme de fichier pdf à télécharger, notre guide Échec et mat, 64 mats élémentaires pour les enfants et les adultes débutants.

Comme vous, je déteste les spams. Votre adresse mail ne sera utilisée que pour les informations de ce site (au maximum une à deux fois par semaine), et vous pourrez vous désinscrire à tout moment.

  3 commentaires to “Comment apprendre à vos enfants à jouer plus lentement pour faire (beaucoup !) moins d’erreurs”

  1. J’aime bien l’idée de leur « apprendre à jouer moins vite » en donnant des techniques… qui s’avèreront en effet certainement beaucoup plus efficaces que si on se contente de leur dire :-). En tout cas, c’est vrai que les échecs semblent plus qu’appropriés pour apprendre à « prendre le temps de la réflexion » :-). A partir de quel âge peut-on envisager de proposer les échecs aux enfants?

 Commenter

(obligatoire)

(obligatoire)