Déc 222016
 

Dans le premier cours de notre série de huit cours pour mieux réfléchir aux échecs, nous avons insisté sur le fait qu’il faut toujours vérifier tous les échecs. Ce conseil a aussi été illustré de nombreuses fois dans nos conseils quotidiens.

Dans ce cours, nous avions aussi précisé que, s’il faut vérifier tous les échecs, faire échec n’est pas toujours bon et peut parfois être très mauvais.

Voici un exemple d’un échec désastreux. Il est tiré d’une partie que Marie aurait dû perdre mais que l’échec de son adversaire a permis de sauver:

Les Noirs ont largement l’avantage et auraient pu jouer simplement 54…Rg5 suivi de 55…Rxf5, qui gagne un pion tout en protégeant la Tour et en plaçant toutes les pièces sur cases blanches. Au lieu de cela, l’adversaire de Marie a joué 54…Fb6+ qui perd du matériel après 55.Rf3. Tout en parant l’échec, les Blancs attaquent à la fois la Tour et le Fou noirs. Les deux adversaires conclurent le nul quelques coups plus tard.

Le conseil du jour: Il faut toujours vérifier tous les échecs mais faire échec peut parfois être très mauvais !

Vous aimez cet article ? Partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous:
Ne ratez plus aucun conseil !
Pour ne pas rater nos conseils et vous donner une chance de progresser plus rapidement aux échecs, entrez simplement votre prénom et votre adresse mail dans le formulaire ci-dessous.

Vous recevrez gratuitement en cadeau, sous forme de fichier pdf à télécharger, notre guide Échec et mat, 64 mats élémentaires pour les enfants et les adultes débutants.

Comme vous, je déteste les spams. Votre adresse mail ne sera utilisée que pour les informations de ce site (au maximum une à deux fois par semaine), et vous pourrez vous désinscrire à tout moment.

 Commenter

(obligatoire)

(obligatoire)