Mai 192017
 

Il existe deux sortes de clouages: le clouage absolu, dans lequel une pièce ne peut légalement pas bouger car son coup mettrait le Roi en échec, et le clouage relatif, dans lequel la pièce clouée a le droit de bouger même si cela semble perdre du matériel.

Dans ce 2e cas, il ne faut jamais supposer que la pièce ne bougera pas, mais au contraire toujours envisager que l’adversaire pourra la déplacer.

Voici un exemple d’une telle situation, tiré de la 6e partie du match entre Boris Spassky et Viktor Korchnoi joué à Kalmykia en 2009:

Au lieu de prendre le Cavalier noir tout de suite, Spassky a joué un coup intermédiaire:

Le conseil du jour: N’oubliez pas qu’une pièce clouée peut parfois bouger !

Télécharger ce conseil au format PDF: Conseil 270

Vous aimez cet article ? Partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous:
Ne ratez plus aucun conseil !
Pour ne pas rater nos conseils et vous donner une chance de progresser plus rapidement aux échecs, entrez simplement votre prénom et votre adresse mail dans le formulaire ci-dessous.

Vous recevrez gratuitement en cadeau, sous forme de fichier pdf à télécharger, notre guide Échec et mat, 64 mats élémentaires pour les enfants et les adultes débutants.

Comme vous, je déteste les spams. Votre adresse mail ne sera utilisée que pour les informations de ce site (au maximum une à deux fois par semaine), et vous pourrez vous désinscrire à tout moment.

 Commenter

(obligatoire)

(obligatoire)