Mar 252017
 

L’homme sage apprend de ses erreurs, l’homme plus sage encore apprend des erreurs des autres (Confucius)

Vous perdez parfois une partie d’échecs à cause d’une gaffe énorme ?

Tout le monde le fait.

Dans cet article, vous allez voir que même les champions peuvent commettre de telles gaffes.

Ça vous rassure (n’est-ce pas) ?

Mais je vais aussi vous expliquer pourquoi vous, vous ne devez plus commettre ces erreurs.

J’ai classé ces erreurs par ordre de gravité croissant, même si la gravité est relative: même la moins grave de ces erreurs conduit à perdre la partie !

Erreur 1: perdre une finale nulle

La position suivante est tirée de la partie jouée entre Rudolf Spielman et Oldrich Duras à Carlsbad en 1907:

Les Noirs ont un pion de plus, mais les Blancs, dont le Roi est situé devant le pion noir et a accès à la case de promotion, doivent annuler en jouant correctement.

D’après le site http://www.k4it.de/index.php?lang=en&topic=egtb, qui permet de connaître le résultat de toutes les finales avec au maximum 6 pièces, les Blancs (qui sont en échec) annulent en jouant n’importe quel coup de Roi.

Hélas pour eux, ils décidèrent de parer l’échec par une interception en jouant 99.Tf4. L’idée est qu’après 99…Txf4 100.Rxf4, la finale Roi + pion contre Roi est nulle (vous pouvez réviser ce type de finales dans le cours Comment gagner la finale Roi + pion contre Roi).

Mais au lieu de 99…Txf4, les Noirs gagnèrent en jouant 99…Rg5. Ce coup attaque la Tour blanche. Ce sont les Blancs qui sont obligés de prendre la Tour noire, et après 100.Txf5 Rxf5, les Noirs ont l’opposition et gagnent la finale.

Comment éviter cette erreur: les échecs ne sont pas les dames. Il faut voir que votre adversaire peut prendre mais ne jamais penser qu’il doit prendre.

Erreur 2: permettre une promotion

L’exemple suivant est tiré de la partie Magnus Carlsen – Alexei Shirov, Morelia / Linares 2008.

Grâce à leur pion passé sur la 7e rangée, les Blancs ont l’avantage mais ils doivent encore trouver un plan pour gagner car les Noirs contrôlent la case de promotion. Mais les Noirs mirent fin immédiatement à la partie en jouant 79…Re5?? qui autorise 80.b8D+

Comment éviter cette erreur: il faut toujours vérifier ce que votre adversaire peut jouer en réponse à votre coup, en particulier s’il peut promouvoir un pion ou faire échec.

Erreur 3: laisser sa Dame en prise

Laisser sa Dame en prise arrive même aux meilleurs joueurs dans des tournois importants. Cela arriva à Tigran Petrosian dans sa partie contre David Bronstein jouée lors du tournoi des candidats à Amsterdam en 1956:

Les Blancs ont une position dominante, en particulier à grâce à leur pression sur le pion b7 et au fait fait que le Roi noir est relativement exposé. Hélas pour lui, après 35…Cf5 Petrosian ne vit pas la menace sur sa Dame, répondit 36.Cg5 et abandonna après 36…Cxd6

Comment éviter cette erreur: il faut toujours vérifier si le coup de votre adversaire crée une menace. En particulier, rappelez-vous que ce n’est pas parce votre adversaire recule qu’il ne menace rien !

Erreur 4: mettre sa Dame en prise

Il arrive aussi aux meilleurs joueurs de mettre leur Dame en prise.

La position suivante est tirée de la partie jouée entre Etienne Bacrot et Ernesto Inarkiev jouée lors du Grand Prix de Bakou en 2008:

Etienne Bacrot joua 23.De7+ et abandonna sans attendre 23…Cxe7

Comment éviter cette erreur: il faut toujours vérifier ce que votre adversaire peut jouer en réponse à votre coup, en particulier il faut vérifier s’il peut prendre votre pièce.

Erreur 5: se faire mater en un coup

Les meilleurs joueurs peuvent parfois se faire mater en un coup.

Le premier exemple est tiré de la partie Paul Keres – Bobby Fischer jouée lors de la première ronde du match des candidats 1959:

La position est perdante pour les Blancs, mais Keres trouva la façon la plus rapide de perdre en jouant 53.Tc4, qui fut suivi de 53…De5#

L’exemple suivant est tiré de la partie jouée entre Nigel Short et Alexander Beliavsky lors du tournoi de Linares en 1992:

Les Noirs viennent de jouer 57…f6+. Les Blancs pouvaient simplement prendre ce pion avec leur Cavalier, mais au lieu de cela ils décidèrent d’activer leur Roi par 58.Re6, qui autorise 58…Fc8#

La position suivante, tirée de la partie Alexander Beliavsky – Leif Erlend Johannessen, jouée à Linares en 2002, est à peu près égale, et les Blancs pouvaient par exemple échanger les pions.

Au lieu de cela, ils jouèrent 69.Rf4 qui permet 69…Db8#

Dans les exemples précédents, c’est le coup joué qui permet un mat en un coup. Il est aussi arrivé que la menace de mat existe sur l’échiquier et que le joueur au trait oublie de la parer.

Le cas le plus célèbre est sans doute la défaire de Vladimir Kramnik, alors champion du Monde, qui perd contre l’ordinateur Deep Fritz:

Dans cette position, Kramnik joua 34…De3 sans voir 35.Dh7#

Comment éviter cette erreur: il faut toujours vérifier ce que votre adversaire peut jouer en réponse à votre coup, en particulier il faut vérifier s’il peut faire échec.

Erreur 6: rater un mat en un coup

Il arrive aussi que les meilleurs joueurs ratent une possibilité de mat en un coup.

La position suivante est tirée de la partie jouée entre Fabio Bellini et Vugar Gashimov, lors de l’Olympiade de Bled en 2002

Les Noirs ont joué 50…Df7 sans voir le mat en h7, à quoi les Blancs ont répondu 51.Ce6, sans voir eux non plus le mat ! La partie se termina par le nul au 75e coup.

Comment éviter cette erreur: lorsque c’est à vous de jouer, commencez par vérifier tous les échecs. On ne sait jamais: l’un d’eux fait peut-être mat !

Erreur 7: abandonner dans une position gagnante

Enfin, plus grave peut-être que perdre sa Dame, plus grave peut-être que de se faire mater, il est arrivé à de forts joueurs d’abandonner dans une position gagnante. Un exemple nous est fourni par la position suivante, tirée de la partie jouée en 1902 à Monte Carlo entre Ignatz von Popiel et Georg Marco:

Les Blancs viennent de jouer 36.Td1, qui attaque une troisième fois le Fou en d4 qui est cloué. Les Noirs abandonnèrent sans voir la très jolie contre-attaque 36…Fg1, qui non seulement permet de sauver le Fou mais gagne du matériel par la double menace de mat en h2 et l’attaque à la découverte sur la Dame blanche.

Comment éviter cette erreur: lorsque qu’une de vos pièces est attaquée, vérifiez toutes les façons de parer la menace.

En résumé: pourquoi vous, vous ne devez pas commettre ces erreurs

La plupart des gaffes aux échecs peuvent être évitées en adoptant une bonne façon de réfléchir et en retenant et appliquant les conseils suivants:

  • Les échecs ne sont pas les dames: il faut voir que votre adversaire peut prendre mais il ne faut jamais supposer qu’il doit prendre.
  • Il ne faut pas jouer un coup en espérant qu’il ne peut rien vous arriver, mais vérifier ce que votre adversaire pourra faire après votre coup, en particulier s’il peut promouvoir un pion, prendre une pièce ou faire échec.
  • Il faut toujours vérifier si le coup de votre adversaire crée une menace. Il faut se souvenir en particulier que ce n’est pas parce que votre adversaire recule qu’il ne menace rien.
  • Il faut toujours vérifier tous les échecs.
  • Lorsqu’une de vos pièces est attaquée, ne jouez pas le premier coup qui vous vient à l’esprit, mais regardez toutes les façons de parer la menace.

Ces conseils sont développés dans notre livre, Le cours d’échecs de Marie, une lecture indispensable pour mieux réfléchir aux échecs !

Envoyer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Vous aimez cet article ? Partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous:
Vous avez aimé cet article ?
Pour ne pas rater les nouveautés de ce site et vous donner une chance de progresser plus rapidement aux échecs, entrez simplement votre prénom et votre adresse mail dans le formulaire ci-dessous.

Vous recevrez gratuitement en cadeau, sous forme de fichier pdf à télécharger, notre guide Échec et mat, 64 mats élémentaires pour les enfants et les adultes débutants.

Comme vous, je déteste les spams. Votre adresse mail ne sera utilisée que pour les informations de ce site (au maximum une à deux fois par semaine), et vous pourrez vous désinscrire à tout moment.

  6 commentaires to “Les 7 pires gaffes des champions d’échecs… et pourquoi vous, vous ne pouvez pas les commettre !”

  1. Bonjour,
    En parcourant votre site (bravo !), j’ai trouvé plusieurs pages où je ne vois pas les diagrammes, comme sur cette page (https://www.apprendre-les-echecs.com/les-pires-gaffes-aux-echecs/), par exemple.
    Un bug ? Est-ce volontaire ?
    Cordialement,
    Claudio

  2. Instructif et très pédagogique ce conseil (comme d’ailleurs tous les autres que j’ai pu parcourir jusqu’ici)
    Merci Luc
    Mais comment pouvoir disposer de l’animation (sur un échiquier -bis) comme sur certaines vidéos ?
    Y a t il une manip à faire ?
    A te lire

    • Bonjour,

      sur cet article, je n’ai pas mis en place la possibilité de cliquer sur les coups. Je vais voir si je peux les faire, mais dans ces exemples les variantes sont suffisamment courtes pour que vous puissiez essayer de les suivre de tête 🙂

 Commenter

(obligatoire)

(obligatoire)