Mar 052019
 

De nombreuses études scientifiques tendent à démontrer les effets bénéfiques de la pratique du jeu d’échecs sur le cerveau, que ce soit chez les enfants ou chez les personnes plus âgées.

Jeu d’échecs et éducation

Gaston Lagaffe échecsL’enseignement du jeu d’échecs lors du cursus scolaire développe de nombreuses qualités chez les jeunes, quel que soit leur âge. Des résumés en anglais de nombreuses études se trouvent ici:

Ces études ont démontré en particulier que le jeu d’échecs améliore le niveau en mathématiques (référence [1]) et, de façon plus étrange, en lecture (référence [2]).

Le jeu d’échec développe également la patience, la persévérance, la créativité et l’esprit critique.

Une étude appelée « Learning to Think Project » menée au Venezuela entre 1979 et 1983 a montré une augmentation du QI d’enfants auxquels on enseignait le jeu d’échecs.

Le jeu d’échecs permet aussi de réduire l’hyperactivité de certains enfants, comme tend à le montrer une étude réalisée en Espagne sur 44 enfants âgés de 6 à 17 ans (référence [3]), ou une autre étude (référence [4]) menée au Liban.

Les bénéfices du jeu d’échecs chez les personnes âgées

De nombreuses études montrent que les personnes qui pratiquent régulièrement des activités cognitives ont moins de risques de développer des maladies neurodégénératives telles que la maladie d’Alzheimer. Par exemple, l’étude décrite dans la référence [5], menée sur plus de 700 personnes, a démontré que les 10% des personnes ayant le plus d’activités cognitives ont 2.6 fois moins de risques de développer la maladie d’Alzheimer que les 10% de personnes ayant le moins d’activités cognitives.

Une étude menée sur 469 personnes de plus de 75 ans publiée dans le Washington post (référence [6]) indique que pratiquer un jeu de plateau réduit le risque de développer des maladies du cerveau, telles que la maladie d’Alzheimer, de 74%.

echecs et cerveau

Mais pourquoi le jeu d’échecs est-il bon pour le cerveau ?

Jouer aux échecs permet de faire travailler:

  • La mémoire à long terme, utilisée pour le reconnaissance des motifs tactiques ou l’apprentissage des ouvertures
  • La mémoire à court terme, utilisée dans le calcul des variantes
  • La concentration, nécessaire en particulier pour jouer des parties rapides

Et vous, voulez-vous faire travailler votre cerveau ?

Et si vous aussi vous vouliez profiter de tous les bénéfices du jeu d’échecs pour améliorer votre cerveau ? Vous trouverez sur ce site tout ce qu’il vous faut pour apprendre les règles facilement, progresser rapidement et prendre du plaisir à jouer aux échecs:

Références

[1] The Effects of Chess Instruction on the Mathematics Achievement of Southern, Rural, Black Secondary Students

[2] The Effect of Chess on Reading Scores, District Nine Chess Program, Second Year Report

[3] Efficacy of chess training for the treatment of ADHD: A prospective, open label study

[4] The Effect Of Playing Chess On The Concentration Of ADHD Students In The 2nd Cycle

[5] Relation of cognitive activity to risk ofdeveloping Alzheimer disease

[6] Mind Games May Trump Alzheimer’s

(c) Can Stock Photo / Yakobchuk

Vous aimez cet article ? Partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous:
Vous avez aimé cet article ?
Pour ne pas rater les nouveautés de ce site et vous donner une chance de progresser plus rapidement aux échecs, entrez simplement votre prénom et votre adresse mail dans le formulaire ci-dessous.

Vous recevrez gratuitement en cadeau, sous forme de fichier pdf à télécharger, notre guide Échec et mat, 64 mats élémentaires pour les enfants et les adultes débutants.

Comme vous, je déteste les spams. Votre adresse mail ne sera utilisée que pour les informations de ce site (au maximum une à deux fois par semaine), et vous pourrez vous désinscrire à tout moment.

 Commenter

(obligatoire)

(obligatoire)